Notre tour du monde des psys se poursuit et s’enrichit d’une nouvelle collaboratrice! Voici son portrait 🙂



Notre apprentie psy


Julie Bechetoille
Cascade de Kinsarvik, Norvège

Bonjour Ă  tous,


Je m’appelle Julie Bechetoille, j’ai 22 ans et suis en année de césure entre mon M1 et M2 à l’Ecole de Psychologues Praticiens (Psychoprat) de Paris.


J’ai choisi de faire cette année de césure pour réaliser un projet qui me tient à cœur depuis un certain temps : celui d’aller à la rencontre de psychologues à travers le monde et en apprendre plus sur la pratique singulière à chaque région et chaque professionnel. Il s’agit du Tour du monde en 80 psys.


J’espère ainsi interroger les psychologues sur la place de la psychologie dans leur pays, l’influence de la culture sur leur pratique, les approches et outils privilĂ©giĂ©s, leurs perceptions de certaines problĂ©matiques actuelles et mondiales (comme par exemple la Covid-19!).


MĂŞme si j’ai dĂ©jĂ  plein de questions en tĂŞte avec une trame pour ces rencontres, je souhaite que l’échange reste spontanĂ©. Pour celles et ceux qui voudront m’accorder de leur temps, je souhaite que ces rencontres soient filmĂ©es. Je prĂ©vois de les partager ensuite, pour crĂ©er une occasion de voyager et de faire la connaissance de psychologues d’ailleurs depuis chez soi et oĂą que l’on soit! Je publierai ces vidĂ©os sur mon blog : Le Tour du monde en 80 psys . Elles seront Ă©galement accessibles sur Psycogitatio (en version Ă©crite) et sur la chaine YouTube de DanaĂ« Holler. Je serai aussi active sur Instagram : letourdumondeen80psys.



Sa formation en psychologie


Je suis donc étudiante depuis septembre 2016 à Psychoprat à Paris. Depuis le début de ma formation, j’explore la psychologie sous ses différentes facettes pour identifier l’orientation que je donnerai à mon parcours professionnel.

J’ai par ailleurs eu la chance de partir à Madrid en Erasmus. C’était une expérience hors du temps, où j’ai fait de très belles rencontres. Ce semestre a participé à l’émergence du Tour du monde en 80 psys.


Mes stages m’ont amenĂ© dans diffĂ©rents domaines. J’ai d’abord Ă©tĂ© chargĂ©e de recrutement chez Pro Seniors. Je recevais en entretien les candidat.e.s auxiliaires de vie pour qu’ils.elles interviennent au domicile de personnes âgĂ©es et handicapĂ©es. J’ai ensuite Ă©tĂ© dans le service d’addictologie du centre hospitalier de Sainte-Anne (Paris) oĂą j’ai suivi des consultations très riches d’un point de vue clinique. Puis j’ai fait un stage d’orientation TCC au sein du cabinet MĂ©ta-coaching. Je suivais en entretien tĂ©lĂ©phonique des personnes ayant une relation Ă  l’alimentation qu’elles estimaient non satisfaisante.


Cette annĂ©e de cĂ©sure est le moment pour moi de rĂ©aliser ce projet qui est Ă  la fois professionnel et personnel. J’aime beaucoup cette idĂ©e d’avoir un projet qui nait et qui grandit un peu plus chaque jour, jusqu’à je l’espère, se rĂ©aliser. C’est une manière aussi, je pense, de prendre de la hauteur sur mon futur mĂ©tier. Monter ce projet n’est pas facilitĂ© par le contexte actuel, mais il me permet (et il faut bien l’avouer) de renforcer mes capacitĂ©s d’adaptation, Ă  revisiter mes idĂ©es, les remettre en question et ainsi Ă  dĂ©couvrir de nouveaux projets.



Sa formation en voyage


D’un point de vue personnel, j’ai dĂ©jĂ  eu la chance de voyager dans plusieurs rĂ©gions. Je suis allĂ©e par exemple au Cambodge, au Sri Lanka, au PĂ©rou, aux Etats-Unis, dans plusieurs pays d’Europe. Le voyage est pour moi une ressource, une ouverture sur le monde très significative. Il permet de remettre en question nos pensĂ©es, nos valeurs, et se rendre compte que nous sommes tous lĂ©gitimes d’avoir nos rĂ©fĂ©rences. 

J’aime beaucoup entrer en contact avec les habitants et m’immerger dans leur quotidien : ce que je prĂ©fère ce sont les marchĂ©s alimentaires. C’est universel et c’est un espace routinier, de convivialitĂ©, qui grouille plus ou moins, les odeurs et les couleurs se mĂ©langent: c’est pour moi une vitrine qui rĂ©vèle beaucoup de la culture. J’ai donc Ă  travers ce tour du monde en 80 psys, Ă  cĹ“ur de dĂ©couvrir de nouveaux horizons mais je n’exclue pas de retourner dans les pays que je connais dĂ©jĂ , pour approfondir ma connaissance de ces cultures et les aborder sous un angle diffĂ©rent, tournĂ© vers mon futur mĂ©tier.


C’est ainsi que je dĂ©cide de commencer mon pĂ©riple par Madrid ! Avec mes professeurs d’universitĂ© de l’annĂ©e passĂ©e, nous avons prĂ©vu de nous revoir. J’ai hâte de m’immerger dans la pratique clinique avec eux et leurs collègues, un peu plus loin des bancs de fac et des contenus thĂ©oriques.


Avant de partir, j’ai suivi une formation intitulĂ©e « La compĂ©tence culturelle dans les pratiques cliniques et sociales » avec le Centre Minkowska. Cette formation destinĂ©e en premier lieu aux accompagnants de personnes migrantes ou refugiĂ©es, Ă©tait une bonne prĂ©paration Ă  mon voyage. L’objet de la formation est d’apprendre Ă  se dĂ©centrer de sa propre culture pour mieux accueillir celle de l’autre et ainsi comprendre l’importance des reprĂ©sentations culturelles dans les Ă©changes. Je pense donc avoir pu travailler ma posture, et prendre conscience que nous n’avons pas tous le mĂŞme « langage Â» : que nous n’avons pas tous les mĂŞmes codes, les mĂŞmes repères, la mĂŞme symbolique, la mĂŞme manière d’exprimer nos Ă©motions notamment. Cette prise de recul sera essentielle et bĂ©nĂ©fique pour mes rencontres Ă  venir.  


Preikestolen, Norvége
Preikestolen, Norvége


En pratique


Je prévois de voyager 6 mois et de rencontrer des psychologues expatriés ainsi que des psychologues locaux pour avoir un échantillon des pratiques propres à chaque pays (et le partager). Idéalement, comme le nom l’indique, j’aimerais rencontrer 80 psychologues. Bien sûr, j’ajusterai en fonction des possibilités !


Mon objectif premier était de découvrir le Canada, berceau outre-Atlantique des sciences humaines. Puis de passer du temps en Amérique latine et en Asie du Sud et de l’Est. En attendant des conditions plus favorables, je commence mon périple en Europe. Me voilà donc prête à m’envoler pour l’Espagne. J’espère poursuivre mes rencontres en Allemagne, en Italie, en Autriche, en Grèce et en Slovénie notamment. J’aimerais ensuite m’envoler pour l’Afrique subsaharienne. J’ai à cœur d’en savoir plus.


Vous l’aurez compris, je reste assez ouverte aux possibilitĂ©s. Si vous exercez dans un pays et qu’une visite de ma part et un Ă©change vous intĂ©resse, n’hĂ©sitez pas Ă  me le dire, j’en serais ravie !


Je vous remercie de m’avoir lu et espère Ă  bientĂ´t !

Julie Bechetoille – bech[email protected]