Documentaire : Une jeune fille de 90 ans de Valeria Bruni Tedeschi et Yann Coridian.


Marie Reynier, étudiante en M1 à Bordeaux en psycho-gérontologie et santé publique, s’est proposée pour écrire un article sur ce documentaire, qui l’a particulièrement marqué. Merci à elle!


Thierry et Blanche

Dans le service gériatrie d’un hopitâl d’Ivry, le grand chorégraphe Thierry Thieû Niang anime un atelier de danse avec des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Ce groupe se laisse embarquer peu à peu aux rythmes des musiques proposées. Les visages s’éclairent, les souvenirs remontent, les corps s’animent. La caméra de Valeria Bruni Tedeschi et de Yann Coridian filme plus particulièrement l’une des résidentes : Blanche Moreau, 92 ans. Petit à petit le corps frêle de Blanche s’abandonne avec confiance au chorégraphe jusqu’à se distancer de sa canne et de sa maladie. Au fil de la danse, au contact du corps, la belle Blanche se ressent jeune fille, «tombant» amoureuse de Thierry, provoquant ainsi la jalousie de certaines pensionnaires.


Alzheimer et art-thérapie

J’ai été totalement saisie par ce documentaire. Beaucoup d’émotions en ressortent au fur et à mesure que les corps se détendent et que les visages se relâchent. La maladie s’envole avec les notes de musiques laissant place aux souvenirs pourtant lointains. La maladie d’Alzheimer touche plusieurs fonctions cognitives, notamment la mémoire, les émotions, elles, demeurent intactes. Ce documentaire dévoile l’importance des émotions positives dans la prise en charge des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Et, en effet, art-thérapie et musicothérapie sont des supports sensibles, révélateurs des émotions et des souvenirs. Qui ne se souvient pas sur quelle chanson a eu lieu son premier baiser ? De ses recherches, Lola L. Cuddy déduit ce pouvoir évocateur de la musique, y compris pour des sujets atteints de la maladie d’Alzheimer (Music-evoked autobiographical memories (MEAMs) in Alzheimer disease: Evidence for a positivity effect).


L’importance des émotions et le psychologue

La prise en compte des émotions est indispensable dans la maladie d’Alzheimer. Si la personne atteinte ne se souvient plus de sa journée ou de sa famille, les émotions sont toujours bien présentes. Selon moi c’est là que réside, en majeure partie, le travail du psychologue : veiller à stimuler les émotions positives chez les personnes atteintes d’Alzheimer pour renforcer leur bien être. Cette maladie neuro-dégénérative n’ayant pour le moment pas de traitement réellement efficace pour stopper les pertes cognitives, la mission principale du psychologue en milieu gériatrique est de garantir la meilleure qualité de vie et la prise en charge la plus adaptée pour la personne.

 

Extrait 1 d’une jeune fille de 90 ans

Extrait 2 d’une jeune fille de 90 ans